mercredi 16 mai 2007

046 Rapport de police pages 15 à 18 sur 18

Nous voici à la fin de ce rapport de police plutôt spécial. La qualité de la photocopie remise 2 ans après sa rédaction, a incité le greffier à me faire signer un reçu d'acceptation de cette mauvaise copie. Ils prévoient tout !

De Who dares wins (qui ose gagne)
Nous retrouvons notre chère V. C., Vile Concocteuse de rapports spéciaux :
---------------------------------------------------------------

république française
ministère de l'intérieur

direction générale de la police nationale
----------
UPQ PICPUS
----------
P.V. 2006/006272
----------

AFFAIRE :
Contre/HENIN Patrice

VIOLENCES VOLONTAIRES

OBJET :


ATTACHE TÉLÉPHONIQUE
[sceau]

PROCÈS VERBAL

L'an deux mille six,
le cinq mai à quatorze heures

Nous, V. C.
GARDIEN DE LA PAIX
en fonction UPQ PICPUS

Agent de Police Judiciaire en résidence Paris
---Étant au service,---
---Poursuivant l'enquête,---
---Disons avoir été contacté par Monsieur HENIN Jérôme qui nous informe qu'il est rentré au États-Unis en date du 1er mai 2006.-
---Il nous communique également les coordonnées d'un témoin du différend à savoir :---
---Monsieur MEZENCEV Stéphane, demeurant 57 Boulevard Poniatowski 75012 PARIS.---
---Dont mention.---

L'Agent de Police Judiciaire
[signature]
-----------------------------------------------------------

Ainsi, mon frère connaîtrait quelqu'un dans l'un des 5 immeubles de la résidence de ma mère. J'affirme qu'il ne connaît personne d'autre que ma mère.

Ce n'est pas en vivant en Floride que l'on noue des relations chez les voisins de sa mère à Paris.
Il se trouve que cette résidence, puisque j'en connais le code d'accès, fait partie des immeubles que je "boîte" (terme de militant : mettre des tracts dans les boites à lettres).

Extrait de mon tableau de "boitage" :

numéro voie mode accès Immeuble Nbre BAL

47/57 boulevard Poniatowski code A 13
47/57 boulevard Poniatowski B 18
47/57 boulevard Poniatowski C 18
47/57 boulevard Poniatowski D 22
47/57 boulevard Poniatowski E 17
47/57 boulevard Poniatowski F 36

Ce "fonctionnaire" est un gardien de la paix. Boîte à lettres N° 16, bâtiment F, le plus éloigné de celui de ma mère. Entre collègues, on se rend de menus services, pas vous ?

Je ne masque pas son nom ni son adresse, ce sera plus facile pour la police (une vraie, de la VIème République), pour son arrestation.
Et il peut toujours porter plainte pour diffamation, que l'on mette son témoignage d'assermenté sur la table, puis au pilori.

Vous pouvez aussi lui écrire, pour lui demander pourquoi il a choisi la police et ses dangers pour subsister.
Et demandez-lui une meilleure copie de son exploit.

-----------------------------------------------------------------------------

république française
ministère de l'intérieur

direction générale de la police nationale
----------
UPQ PICPUS
----------
P.V. 2006/006272
----------

AFFAIRE :
Contre/HENIN Patrice

VIOLENCES VOLONTAIRES

OBJET :

AUDITION DE Monsieur
MEZENCEV Stéphane
[sceau]

PROCÈS VERBAL

L'an deux mille six,
le huit juin à treize heures cinquante cinq

Nous, V. C.,
GARDIEN DE LA PAIX
en fonction UPQ PICPUS

Agent de Police Judiciaire en résidence Paris
---Étant au service,---
---Poursuivant l'enquête,---
---Avons mandé et constatons que se présente au service Monsieur MEZENCEV Stéphane qui nous déclare :---
---SUR SON IDENTITÉ :---
---"Je me nomme MENZENCEV Stéphane."---
---"Je suis né le ?????????????1951 à CHELLES (Seine et Marne)."---
---"Je suis fils de ?????MEZENCEV et de TANIA BARANOFF.""----
---"Je suis de nationalité FRANÇAISE."--------
---"J'exerce la profession de FONCTIONNAIRE."---
[de nationalité française, mais ne sait toujours pas s'exprimer en français. Être fonctionnaire n'est pas une profession, mais un statut. Pourquoi cache-t-il qu'il est gardien de la paix. C'est la brillante avocate de mon frère qui l'a précisé lors de l'audience en appel. Pour mieux valider le témoignage !]
---"Je suis domicilié au 57 BOULEVARD PONIATOWSKI 75012 ----
---PARIS."---
[un voyou dans la résidence de ma mère, ça craint. Que fait la police ? Des témoignages.]
---"Mon numéro de téléphone personnel est le 01 40 04 92 29."---
[pourquoi devrais-je cacher ce numéro ?]
---SUR LES FAITS---
---Je prends acte du motif de ma présence dans vos services.---
---Question :---
---Avez-vous été témoin d'un différend en date du 23 avril 2006 ?---
---Réponse :----
---Oui, tout à fait.---
---Question :----
---Que s'est-il passé ?---
---Réponse :---
---C'était en fin de journée, je rentrais le vélo de mes filles
dans le local ????????? mon attention a été attirée par des paroles
qui provenaient du ???????et des bruits de pas qui traînent.---
[la confiance règne, on ne prend plus la peine de mettre des tirets en début et fin de ligne ! A propos, tout s'est passé en silence, à part le hurlement de l'Innommable dans l'oreille de ma mère]
---J'ai regardé d????et j'ai vu deux hommes. L'un tenait un
parapluie rouge ouvert qui lui servait de protection et l'autre
tenait une espèce de boîte dans la main et essayait de s'en servir contre ????---
---L'homme au parapluie lui disait d'arrêter car il n'avait pas
le droit d'avoir ????????????
--- À côté d'eux se tenaient trois autres personnes : une femme
âgée, un jeune homme de 16/17 ans et une femme blonde, qui comme
moi paraissaient surpris---
---J'ai posé le vélo??????????,je suis sorti du local pour me
rapprocher et j'ai??????s que l'homme au parapluie essayait
d'éviter la prise de contact
avec l'autre.---
---En me rapprochant j'ai essayé de calmer l'agresseur
verbalement, sans le provoquer à cause de l'objet suspect qu'il
tenait dans?????
---Les trois autrespersonnes se sont écartées, de même que moi
car l'homme qui?????boîte devenait de plus en plus
agressif.---
---L'homme au parapluie m'a demandé d'aller alerter la police.---
[comme il est lui-même de la police...]
.../...
[signature] [signature V.C.]
---------------------------------------------------------------------------

De Who dares wins (qui ose gagne)

suite procès-verbal : 2006/006272 page 2
------------------------------------------------------
---Je suis???????????????????vers des des agents de police qui se
trouvaient?????????????????????es en contre-bas.---
---Je suis??????????????et j'ai vu l'homme au parapluie et
les trois autres personnes sortir de la résidence.---
---L'homme m'explique?qu'il 'agît d'un différend avec son
frère et que les trois personnes qui l'accompagnent sont sa mère, sa femme et son fils, qu'ils habitent à l'étranger et
qu'ils étaient en France pour fêter l'anniversaire de la mère.--
---Il m'a expliqué??????qu'il y avait beaucoup de tensions
entre son ????????????
---Je n'ai rien d'autre à ajouter.---
---Après lecture????????personnellement, le déclarant persiste et
signe avec nous ?????procès-verbal à 14h20
---L'A.P.J.----
[signature] [signature]
---------------------------------------------------------------------------------

De Who dares wins (qui ose gagne)
Heureuse du devoir accompli, notre fonctionnaire modèle, fierté de la police française, termine son dernier feuillet.

Je vous signale que c'est nous, contribuables, qui payons le salaire de cette indispensable agente de la sécurité des bouygueux (dirigeants de Bouygues Immobilier).

--------------------------------------------------------------------

république française
ministère de l'intérieur

direction générale de la police nationale
----------
UPQ PICPUS
----------
P.V. 2006/006272
----------

AFFAIRE :

Contre/HENIN Patrice
VIOLENCES VOLONTAIRES

OBJET :

CLÔTURE ET TRANSMISSION
[sceau]

PROCÈS VERBAL

L'an deux mille six,
le vingt juin à quinze heures vingt

Nous, V. C.,
GARDIEN DE LA PAIX
en fonction UPQ PICPUS

Agent de Police Judiciaire en résidence Paris
---Étant au service,---
---Vu les articles 75 et suivants du Code de Procédure Pénale.---
---Clôturons la présente procédure composé de 18 feuillets aux
fins de la transmettre à Monsieur le Procureur de la République
près le Tribunal de Grande Instance de Paris.---
---Dont acte clos.---

L'Agent de Police Judiciaire
[signature]

18ème et dernier feuillet
-----------------------------------------------------------------


De Who dares wins (qui ose gagne)

C'est quand même triste, des gens pareils, au-dessus des lois, qui jouissent de l'impunité, qui ne servent à rien lorsqu'il y du danger (j'ai des exemples), mais qui se régalent à faire le mal : ils adorent cogner sur plus faible qu'eux, faire baisser son froc à un noir dans le métro, pour rigoler (je l'ai vu).
Nous sommes loin des bobbies qui ne portaient pas d'armes avant 1994.
Question de civilisation.
De moins en moins de gendarmes saluent le citoyen avant de l'aborder (aujourd'hui : de le serrer).
Pourquoi ont-ils commis ce rapport ? Et sans prendre la peine de vérifier sa vraisemblance.
Relisez la déposition de l'Innommable et celle du témoin flic. Comparez. Il a un vélo, ou un parapluie rouge. J'ai un comportement plutôt ahurissant, à cavaler partout tantôt avec un parapluie, toujours avec une arme qui ne set à rien, mais dont on parle beaucoup.

Des flics sont arrivés, ne sont pas arrivés...
Les lunettes, dans tout ça ?

En relisant et tapant ce "témoignage", je comprends que ce type ne m'a jamais vu.
Je l'ai vérifié (je n'habite pas loin !) et ne peux vous dire comment. Le brave immigré qui n'a pas pu trouver d'autre boulot que celui de faux témoin patenté mais pas doué doit lire avec ravissement cet article.
Après quelques années dans la police... Mais il est né en 1951. Toujours gardien de la paix... Se croie encore à la Stasi.

Dans trois ans et demi, nous saurons si la Cour Européenne des Droits de l'Homme apprécie ce genre de policier, qui sera retraité.
Je ferai tout pour que cette bande de voyous débiles en uniforme soient virée.
Ce n'est pas dramatique : il reste encore du travail dans le bâtiment, la restauration, la propreté, quoiqu'on en dise.

Tiens : le Palais de Justice est à reconstruire aussi.

2 000 ans d'histoire pour en arriver à cette police du XXIème siècle.
Quoique au niveau connerie, le sommet n'avait pas encore été atteint.

Si vous n'avez pas compris que me soutenir, c'est exiger que l'on rende son sens à la justice, et que mon affaire est un scandale inadmissible.