mardi 23 mai 2006

AVERTISSEMENT POUR GOOGLE, Inc




AVERTISSEMENT POUR GOOGLE, Inc
oooooOooooo


Message à Google, Inc, Google’s Senior Vice President Vic Gundotra
De / From: Patrice Hénin
Date : 2010.05.21 18:28
Pour / For: Google, Inc
Concernés / Concerned: Google, Inc.; président Barak Obama, Nicolas Sarkozy de Nagy-bocsa; membres du gouvernement français;
Concernés invisibles : liste confidentielle stockée chez gmail.com
Sujet : AVERTISSEMENT
Google, Inc.
Attn: Google Legal Support, Blogger DMCA Complaints
1600 Amphitheatre Parkway
Mountain View, CA 94043
États-Unis
ou télécopiez-le au numéro suivant :
(00) +1 (650) 618-2680, Attn: Blogger Legal Support, DMCA Complaints

Aux dirigeants et employés de Google, Inc :
Au regard de la constitution des États-Unis, de la déclaration universelle des droits de l'homme,
du préambule de la constitution française :

la liberté d'expression est un droit inaliénable parce qu'indispensable au maintien de la liberté, de la propriété de ses œuvres et du savoir. L'article 4.3 de vos conditions d'utilisation ne respecte pas ce droit essentiel pour toute civilisation.

Je vous demande de signaler par avance tout contenu des écrits et documents qui serait jugés contraire aux exigences de ces principes fondamentaux des droits humains, en particulier la liberté d'expression et de publication, lors de l'utilisation de vos services.

Toute ignorance de cette demande ou toute suppression, limitation de cette liberté et de la mienne, serait considéré comme une atteinte à la propriété d'auteur, tout comme une entrave à des activités politiques et à la défense de ces libertés, de la probité, à la lutte contre la corruption.

L'Internet est le système nerveux de l'humanité, pas son cerveau.
Toute atteinte contre ce système est un donc un crime contre l'humanité.
J'ai découvert, que la corruption généralisée, installée par de trop financièrement puissants individus menace, détruit ces principes fondamentaux que d'autres avaient établis dans les siècles passés, en luttant, donnant leurs vies, pour que tous nous puissions en bénéficier.

Je vous remercie d'avoir rétabli la mise en ligne de mon site http://patricehenin.blogspot.com, intitulé "Phénix, blog qui renaît toujours de ses censures", suspendu à plusieurs reprises.
Je vous demande d'interdire toute interruption de la publication de ce blog. Ces interruptions se produisent plusieurs fois par semaine, ce qui est une forme déguisée d'interdiction, sans condamnation judiciaire justifiée, puisque maintenant il faut le préciser !
Je ne connaît pas l'origine de ces suppressions temporaires, pour censures d'origine politique ou raisons techniques.

J'espère que ces phénomènes désagréables ne se reproduiront plus. Mon site est l'équivalent d'un livre électronique que je n'aurai pas le temps de traduire en anglais, mais dont je vous accorde les droits commerciaux si vous en assurez la traduction verbatim au moins dans ces langues : anglais, espagnol, chinois mandarin, flamand (ils sont susceptibles).

Je constate avec étonnement que je ne dispose plus des services de Google Analytics et Adsense qui fonctionnaient correctement jusqu'au 4 juillet 2009. Si ce problème est d'origine technique, il n'est toujours pas expliqué ni résolu.

Fait pour valoir ce que de droit, à Paris, France, le 21 mai 2010.

Patrice Hénin

ANNEXE


Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme :
"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre... les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"
- "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" (Voltaire)
ooooOoooo
J'ai trouvé ce texte dans un blog remarquable (zevengeur), ce qui confirme l'infinie richesse de la toile, à ne pas effilocher, repriser :
Une anecdote qui devrait être célèbre : Gödel et la constitution américaine.

 Kurt Gödel (1906 - 1978)
"Étant un esprit totalement logique, la vie quotidienne de Gödel était parfois difficile à assumer.
Lorsqu'il arriva aux États-Unis en 1940 il dut subir un examen pour sa naturalisation comme c'est le cas pour tout candidat à l'immigration aux USA.
Il devait passer un entretien avec un juge local pour prouver qu'il avait une bonne connaissance de la constitution américaine et choisir 2 témoins qui devaient se porter garant de sa bonne moralité.
Il ne pouvait en choisir de plus prestigieux puisque l'un d'eux était son ami Einstein et l'autre l'économiste américano-autrichien Oskar Morgenstern.
La veille de son entretien, Gödel tout excité appela Morgenstern pour lui annoncer qu'il avait trouvé de subtiles inconsistances logiques dans la constitution américaine et que cette dernière permettait en toute légalité, de transformer le régime politique du pays en régime dictatorial.
Morgenstern le calma tant bien que mal et arriva à le convaincre de ne surtout pas évoquer ce point devant le juge.
Le lendemain, le juge commença l'entrevue par la remarque
"Vous êtes de nationalité allemande.
- Non, autrichienne
", le corrigea Gödel. Le juge poursuivit
"En tous cas, vous vivez sous une dictature....heureusement que ça ne peut pas se produire en Amérique".
Le mot "dictature" était lâché, Gödel ne put se retenir :
"Au contraire, je puis démontrer que cela peut arriver !"
Il fallu les efforts d'Einstein, de Morgenstern et du juge conjugués pour l'empêcher de se lancer dans une longue démonstration de la faille logique contenue dans la constitution américaine.
Mais tout fut bien qui finit bien, le juge n'en voulut pas à Gödel et il obtint sa nationalité américaine....
On peut d'ailleurs se demander si en ce moment aux USA, de gros malins ne sont pas en train d'exploiter cette faille pour arriver au résultat prédit par Gödel".
(d'après l'article paru dans le blog "Aux armes, citoyens", écrit par Zevengeur.

ooooOoooo
Avant-dernière minute.
La première plainte pour "diffamation" (pour moi "dénonciation") émise par mon petit frère, a donné lieu (français) à un non-lieu (judiçiais) :







Dernière minute.
Mon petit frère récidive, je reçois une nouvelle plainte pour diffamation, portant sur un texte publié chez Blogspirit.com le 4 avril 2008. Je rappelle, moi qui ne suit ni avocat, magistrat ou diffamateur, qu'il y a prescription si le texte a été publié il y a plus de deux mois.


Soit mon frère est malade, ou la justice, ou les deux à la fois, soit il n'y a plus de lois et on fait ce que l'on veut.
C'est exactement ce que je m'efforce de démontrer dans ce blog.
Dans ce cas, je préconise l'expertise psychiatrique de mon frère, à faire effectuer par l'experte-psychiatre Marie-Elisabeth Meyer-Buisan, qui a l'avantage de connaître la famille.
Cela permettrais au bas peuple de voir à quoi ressemble leurs nouveaux maîtres du monde.
Cela pourrait faciliter la tâche à la justice française, par ailleurs fort occupée malgré ses 1,59% de budget alloués par le gouvernement sarkozyen :







Bon. Moi, Patrice Hénin, j'accuse :
les dirigeants du groupe Patrimo-société de Conception et Réalisations, filiale de Bouygues Immobilier et leurs successeurs juridiques (Patrimo Sté de Maîtrise d'Ouvrages d'Opérations, Patrimo Promotion et Réalisations, SNC Stim Entreprises) d'avoir embauché mon frère pour l'initier et le former à la corruption de hauts fonctionnaires au niveau international.
Depuis, mon pauvre petit frère est en tombé millionnaire, est devenu complètement fou par l'argent facile, ivre de la puissance des privilèges incroyables acquis en devenant membre des vampires, privilèges qui lui permettent de me répondre par courriel, en juin 2004, lorsque je lui demandait des nouvelles de notre père qui venait d'être atteint d'une leucémie aigüe mortelle : "je te ferai interner le moment venu".

J'avais neuf ans et demi lorsque je l'ai vu naître, et je vous assure que mon petit frère était quelqu'un de bien, travailleur, doué en dessin, cuisine, bricoleur, jardinage, qu'il a bénéficié d'une éducation où le travail  était le fondement de son éducation dispensé par un père officier et une mère couturière qui ne reculaient devant aucun sacrifice pour la réussite de leurs enfants.
A noter que parmi les privilèges de la caste des vampires, il est tout à fait possible de toucher un chômage de Directeur Général pendant 4 ans, même si l'on est promoteur immobilier en Floride.
Il lui a fallu quand même, prendre l'avion une fois en 1995 pour répondre à une convocation de l'ANPE cadre.
Il m'avait demandé de l'héberger 48 heures à cette occasion, dans mon petit studio parisien du XIIème.
Ses privilèges vont jusqu'à lui permettre de détourner à son profit la pension d'invalide de guerre de feu mon père ! C'est tout simplement pour que je ne puisse m'y opposer qu'il veut me faire interner et me faire taire, éteindre mon blog où j'écris mes cris.
Jamais je n'aurais cru qu'une telle chose puisse se produire dans mon pays. Les français non plus.

Alors, ils doivent savoir !
Mesdames et messieurs, employés et dirigeants de Google, Inc, employés des Renseignements Généraux, magistrats, gouvernement du pays des droits de l'homme, si mon blog est interrompu de publication encore une seule fois, une seule seconde, à partir de ce vendredi 25 juin 2010, je vous poursuivrai pour obstruction à la justice, collusion avec les criminels dénoncés, et non pas diffamés, dans ce blog.
J'en appelle aux Armées, si polices, justice et élus des partis pour lesquels j'ai pourtant milité sans vraiment les connaître, continuent de me persécuter et me poursuivre.
Mes lecteurs comprendront qu'il m'a été facile de rédiger le condensé de mon credo politique, neuf verbes à conjuguer pour conjurer ces faits, à jamais.
De la diffamation et de la désinformation : petit addendum sur la subtilité de la communication.
Ce blog est une arme, la seule que je possède, pour dénoncer l'état des lieux dans cet état de droit ou de non-droit.
Nous sommes en guerre, et tous les coups me sont adressés, on se permet tout.
Alors moi aussi.
Par exemple, certaines personnes que je vilipende, honnie, exècre, déteste, vomi, abomine, dans ce blog, ont fini par remettre leur veste dans le bon sens...
Tout comme la vérité est incompressible comme l'eau, l'humanité (être humain) ne peut être éradiqué en sa totalité.
Il y a des bornes que l'on ne peut dépasser dans l'ignoble.
La 10ème cour d'appel dont les noms sont cités dans l'article "Citoyen jean-Claude Marin" est-elle vraiment composée d'imbéciles ?
Je les ai d'ailleurs remercié lorsqu'ils ont confirmé les 3 sentences délirantes ! Ont-ils compris pourquoi ?
La juge Catherine Barés qui veut me faire consulter un psychologe est-elle vraiment une tortionnaire pétrie d'injustice ?
Les policiers éblouis par la visite de "l'américain richissime ami de Bouygues, donc de Sarközy de Nagy-Bocsa" qui ont rédigés les faux témoignages ont-ils toujours l'intention de me nuire, en lisant ces lignes ?
Nul ne le sait.
Et les bouygueux, Sarkozy et ses sbires ne doivent plus savoir sur qui ils peuvent vraiment compter.
Nous sommes en guerre contre un ennemi qui peut acheter vos meilleurs amis, mais l'argent ne peut tout acheter. Tout fonctionne à l'envers dans ce pays. Alors, moi aussi, je m'adapte.
Je ne signale pas ceux qui se sont repris dans leur rôle, remis leur uniforme, je laisse leurs noms.

C'est pour cela que je n'utilise pas la haine...


Patrice Hénin


ooooOoooo

Digital Millennium Copyright Act - Blogger
Nous nous engageons à répondre à tout avis clairement formulé de violation présumée de droits d'auteur. Cette page décrit les informations qui doivent être fournies dans ces avis. Elle est destinée à simplifier autant que possible la soumission d'avis de violation présumée à Google tout en limitant la réception d'avis frauduleux ou difficiles à comprendre ou à vérifier. Le format d'avis présenté ci-dessous est conforme à celui conseillé par la loi Digital Millennium Copyright Act aux États-Unis (dont le texte peut être obtenu sur le site Web U.S. Copyright Office, http://www.copyright.gov), mais nous répondrons également aux avis qui se présentent sous cette forme et émanent d'autres juridictions.
Que nous puissions être tenus pour responsables d'une telle violation dans le cadre de la législation locale ou de la législation des États-Unis, nous pourrons répondre à ces avis en supprimant le contenu supposé associé à une activité entraînant une violation ou en désactivant l'accès à ce contenu et/ou en mettant fin à l'abonnement de l'utilisateur. Si nous supprimons les éléments ou désactivons l'accès à ceux-ci en réponse à un tel avis, nous tenterons en toute bonne foi de contacter le propriétaire ou l'administrateur du site ou du contenu en question de façon à lui donner la possibilité d'envoyer un avis·de·contestation. Nous pouvons également documenter les avis de violation présumée qui nous conduisent à prendre des mesures. Notez que cet avis juridique sera transmis à la personne qui a fourni le contenu ayant entraîné la violation présumée et qu'une copie pourra être envoyée à une tierce partie qui sera susceptible de la publier et/ou de l'annoter. Ainsi, votre lettre (dont les informations personnelles auront été supprimées) pourra être transmise à Chilling Effects (http://www.chillingeffects.org) à des fins de publication. Vous pouvez consulter un exemple de publication à l'adresse suivante : http://www.chillingeffects.org/dmca512/notice.cgi?NoticeID=861.
Notification de violation pour Google Blogger
Vous pouvez déposer un avis de violation par l'intermédiaire de notre formulaire en ligne. L'envoi de l'avis en ligne garantit le traitement de votre demande dans les meilleurs délais.

Pour nous envoyer un avis de violation par télécopie ou courrier postal, vous devez nous faire parvenir un document écrit comprenant les éléments indiqués ci-dessous. Notez que vous serez passible d'éventuels dommages-intérêts (y compris des frais encourus et des frais d'avocat) si vous prétendez à tort qu'un produit ou qu'une activité porte atteinte à vos droits d'auteur. Dans une affaire récente (consultez la page http://www.onlinepolicy.org/action/legpolicy/opg_v_diebold/ pour plus d'informations), une société qui avait signalé une infraction présumée et réclamait à ce titre la suppression de contenus en ligne protégés par le principe d’usage loyal, a été condamnée à payer les coûts encourus et les frais d’avocat. La société en question a ainsi dû s'acquitter de plus de 100 000 $. Par conséquent, si vous n’êtes pas certain que le contenu présenté en ligne porte atteinte à vos droits d’auteur, nous vous suggérons de prendre conseil auprès d'un avocat avant toute action.
Pour nous envoyer un avis par télécopie et/ou courrier postal, veuillez respecter le format suivant (y compris les numéros de section) :
1.Identifiez de manière suffisamment détaillée le travail protégé par des droits d’auteur qui fait selon vous l'objet d’une violation. Vous devez ainsi identifier des messages spécifiques, et non des sites entiers. Les messages doivent être répertoriés par leur lien permanent. Exemple : "Le travail protégé par des droits d'auteur en question apparaît sur la page http://example.com/test/2006_01_01.html#2106."
2. Identifiez le contenu qui entraîne selon vous une violation des droits d'auteur associés au travail mentionné au point 1 ci-dessus.
VOUS DEVEZ RÉPERTORIER CHAQUE MESSAGE PRÉSENTANT LE CONTENU ENTRAÎNANT UNE VIOLATION PRÉSUMÉE PAR SON LIEN PERMANENT OU PAR SA DATE. Le lien permanent d'un message peut généralement être déterminé en cliquant sur la mention de date et d'heure du message. Exemple : "Le blog dans lequel mon travail protégé par des droits d'auteur est publié est accessible à l'adresse http://copyright.blogspot.com/archives/2006_01_02_example.html."
3. Fournissez suffisamment d'informations pour que Google puisse se mettre en contact avec vous (adresse e-mail de préférence).
4. Incluez la déclaration suivante : "Je pense en toute bonne foi que l'utilisation du contenu protégé par des droits d'auteur décrit ci-dessus sur les pages Web présumées entraîner une violation, n'est pas autorisée par le détenteur des droits d'auteur, son agent ou la loi.".
5. Incluez la déclaration suivante : "Je déclare sur l'honneur que les informations contenues dans cette notification sont exactes et que je suis le détenteur des droits d'auteur ou que je suis autorisé à agir au nom du détenteur d'un droit exclusif qui fait l'objet d'une violation présumée."
6. Signez le document.
7. Envoyez le document écrit à l'adresse suivante :
Google, Inc.
Attn: Google Legal Support, Blogger DMCA Complaints
1600 Amphitheatre Parkway
Mountain View, CA 94043, États-Unis
    OU télécopiez-le au numéro suivant :
(650) 618-2680, Attn: Blogger Legal Support, DMCA Complaints
Avis·de·contestation
L'administrateur du site concerné ou le fournisseur du contenu en question peut renvoyer un avis·de·contestation conformément aux sections 512(g)(2) et (3) de la loi Digital Millennium Copyright Act. Lorsque nous recevons un avis·de·contestation, nous pouvons être amenés à rétablir le contenu en question.
Pour déposer un avis·de·contestation, vous devez nous faire parvenir un document écrit (par télécopie ou par courrier postal, et non par courrier électronique, sauf accord préalable) comprenant les éléments indiqués ci-dessous. Notez que vous serez passible d'éventuels dommages-intérêts (y compris des frais encourus et des frais d'avocat) si vous prétendez à tort qu'un produit ou qu'une activité ne porte pas atteinte aux droits d'auteur de tiers. Par conséquent, si vous n’êtes pas certain qu'un contenu donné ne porte pas atteinte aux droits d’auteur de tiers, nous vous suggérons de prendre conseil auprès d'un avocat avant toute action. Un exemple d'avis·de·contestation est disponible à l'adresse www.chillingeffects.org/dmca/counter512.pdf.
Pour accélérer le traitement de votre avis·de·contestation par nos services, veillez à respecter le format suivant (y compris les numéros de section) :
1. Indiquez les URL précises ou autres informations uniques permettant d'identifier le contenu supprimé par Google ou dont l'accès a été désactivé par Google.
2. Indiquez vos nom, adresse, numéro de téléphone, adresse e-mail et incluez une déclaration dans laquelle vous acceptez la juridiction du tribunal fédéral de première instance correspondant à votre adresse (ou celle du comté de Santa Clara, Californie, si votre adresse est située hors des États-Unis) et que vous accepterez la signification d'un acte de procédure émanant de la personne qui a soumis la notification conformément au paragraphe (c)(1)(C) ou d'un agent de cette personne.
3. Incluez la déclaration suivante : "Je déclare sur l'honneur que je pense en toute bonne foi que tous les résultats de recherche, messages ou autre élément de contenu mentionné ci-dessus a été supprimé ou désactivé suite à une erreur ou à une mauvaise identification du contenu à supprimer ou à désactiver, ou que le contenu identifié par le plaignant a été supprimé ou désactivé à l'adresse URL indiquée et ne sera plus affiché."
4. Signez le document.
5. Envoyez le document écrit à l'adresse suivante :
Google, Inc.
Attn: Google Legal Support, Blogger DMCA Counter Notification
1600 Amphitheatre Parkway
Mountain View, CA 94043, États-Unis

OU télécopiez-le au numéro suivant :
(650) 618-2680, Attn: Blogger Legal Support, DMCA Counter Notification
Si vous avez des questions supplémentaires sur la procédure DMCA pour Blogger, veuillez nous contacter à l'adresse removals@google.com ou au numéro (650) 214 - 4053.

Article 6, I, 4° de la loi 2004-575 du 21 juin 2004 : 
“Le fait, pour toute personne, de présenter aux [hébergeurs du site] un contenu ou une activité comme étant illicite dans le but d’en obtenir le retrait ou d’en faire cesser la diffusion, alors qu'elle sait cette information inexacte, est puni d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 EUR d’amende.



oooooOooooo
EFFET STREISAND
(Wikipédia) L'effet Streisand a pour contre-coup un peu gênant, en plus de l'effet plaisant de démultiplication de blogs, articles pour contrer la censure, de démultiplier la quantité d'énergie nécessaire pour alimenter les disques durs supplémentaires qui enregistrent une même information.

En d'autres termes, la censure contribue à tuer la planète, en plus de la liberté d'expression !
Patrice Hénin

Un appel au président Obama du richissisme (hummm, méfiance) King Dotcom :