jeudi 7 février 2008

013 Quand l'Europe passe, l'herbe trépasse et ne repousse plus

 
Le cartel des drogues légales ne doit pas faire la loi !

http://cannabissansfrontieres.org/le-cartel-des-drogues-legales-ne,511.html
Le cartel des drogues psychiatriques à l’origine de la future loi sur la 
contrainte aux soins ? Par Frederic Grossman

L’affaire de la grippe H1N1 et le milliard d’euros dépensés inutilement 
pour des vaccins a montré, s’il le fallait, l’influence des laboratoires 
pharmaceutiques sur le gouvernement. Un rapport du Sénat a en effet 
conclu que le gouvernement avait été incapable de négocier correctement 
les « offres » commerciales des labos, leur offrant ainsi de juteux 
profits. Quelle sera demain la prochaine épidémie qui va permettre aux 
laboratoires de continuer à engranger des profits considérables ?

Il se pourrait que ce soit l’épidémie de maladie mentale qui s’annonce 
dès cet automne !
Une plaisanterie ? Non, tous les éléments sont en place 
pour que cette épidémie se développe et pour que les psychiatres et les 
laboratoires empochent le jackpot. Tout d’abord, il y a la peur. Depuis 
des années, on nous rabâche que 20% de la population souffre ou 
souffrira d’un trouble mental, de quoi créer une certaine angoisse. De 
plus, les malades mentaux ont été fâcheusement présentés comme des 
tueurs en puissance à l’occasion de plusieurs faits divers, de quoi 
souhaiter qu’ils soient tous enfermés et traités. Enfin, les psychiatres 
multiplient le nombre de diagnostics psychiatriques, transformant petit 
à petit l’ensemble des comportements humains en maladie mentale.
Les troubles bipolaires remplacent les hauts et les bas, le trouble 
d’anxiété sociale remplace la difficulté à s’exprimer en public. Les 
exemples sont nombreux.

L’Assemblée va discuter d’un projet de loi sur les soins psychiatriques 
sous contrainte. Elle l'a voté le 16 mars !
Ce projet comprend des mesures pour obliger une personne que les psychiatres, 
ou autres médecins considéreront comme « nécessitant des soins »
à recevoir un traitement, c’est à dire des 
drogues psychotropes. Une estimation du nombre de personnes qui 
devraient se retrouver sous traitement psychiatrique, réalisée par une 
association de patients, aboutit au chiffre de 200 000 personnes 
concernées ! Ainsi tous les éléments sont alignés pour que le cartel des 
drogues psychiatriques réalise des profits maximum, sur le dos de la 
population qui sera manipulée et trompée. Cette épidémie pourrait 
d’ailleurs durer et s’étendre tant le système semble bien rôdé. Un 
patient psychiatrique n’est jamais guéri en psychiatrie. Ses symptômes 
sont simplement couverts par les effets des drogues qu’on lui donne. 
C’est un client à vie pour l’industrie pharmaceutique, un client captif, 
« fidélisé » de force. Le rêve pour tout industriel. De là à penser que 
le cartel industrie pharmaceutique/psychiatrie a poussé fort pour que 
cette loi soit présentée, il n’y a qu’un pas que nous vous laisserons 
franchir, selon votre vision des choses.

Il n’en demeure pas moins que pendant que les polices du monde entier se 
battent pour enrayer les trafics de drogue, l’État continue en France 
plus que jamais à fermer les yeux sur le cartel des drogues 
psychiatriques et sur ses actions de diffusion à grande échelle de 
drogues légales.
POUR COMPLETER CE POINT DE VUE, IL FAUT AUSSI PRENDRE EN COMPTE LA 
LOGIQUE GLOBALE A L’OEUVRE.

Notamment la question du développement inquiétant (voire terrifiant) de 
l’arsenal des normes, des experts, des homologations qui aboutit au 
verrouillage et au contrôle du secteur des plantes médicinales, des 
médecines complémentaires et de l’herboristerie, comme d’ailleurs celui 
de presque tous les autres secteurs de notre civilisation.

IL FAUT POUR CELA SE PENCHER SUR LES RECENTES DISPOSITIONS DE L’UNION 
EUROPEENNE.

Une pétition circulant sur Internet et émanant du "Collectif pour la 
Défense de la Médecine Naturelle" (qui ne dispose pas de site Internet) 
contre la directive européenne "THMPD" (Traditional Herbal Medicinal 
Products Directive) datant de 2004 (texte intégral de la directive : 
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2004:136:0085:0090:fr:PDF) 
qui à partir du 30 avril 2011 imposera en France (et dans tous les pays 
membres selon des calendriers propres) aux produits thérapeutiques à 
base de plantes de passer par une procédure d’agrément simplifiée par 
rapport aux médicaments normaux, "mais néanmoins extrêmement lourde pour 
des petits producteurs qui n’ont pas les moyens financiers, ni les 
bataillons d’avocats des grands groupes pharmaceutiques". Il ne s’agit 
pas donc pas d’une interdiction pure et simple de ces produits comme on 
peut le lire ici ou la. Par ailleurs, les conséquences de cette 
directive font débat (comme sur ce forum : 
http://www.hoaxbuster.com/hoaxteam/forum_contributions.php?idForum=3152&idMess=85871) 
et pour se forger un avis éclairé, des compétences relatives au droit 
européen en la matière et aux produits visés par la directive sont 
nécessaires. Bien évidemment, il existe une abondante publication à ce 
sujet censée éclairer les citoyens/citoyennes. En voici trois exemples :

1. Un article qui résume bien les enjeux et conséquences de cette 
directive : "Europe : mon plaidoyer pour les plantes médicinales. Les 
plantes médicinales traditionnelles vont-elles disparaître en Europe le 
31 mars 2011 ? En théorie, non. Mais des produits utilisés pour la 
médecine traditionnelle chinoise ou indienne (ayurvéda), certains 
compléments alimentaires, et plus largement la filière bio artisanale 
risquent de faire les frais de la nouvelle donne européenne. (...) Si 
l’on peut comprendre la nécessité de garantir la qualité des produits et 
préserver la santé publique, on peut aussi se demander à quoi rime une 
législation qui impose des conditions si draconiennes et inadaptées que 
la réalité du terrain ne puisse s’y conformer. (...) On s’apprête à 
criminaliser l’usage et la diffusion des savoirs relatifs aux plantes 
médicinales. (...) On sent une volonté de museler le secteur des 
médecines alternatives ou naturelles, en particulier celles liées aux 
plantes." Publié mardi 14 décembre 2010 par Michèle Rivasi, députée 
européenne, sur le site français d’informations et d’analyses "Rue89" : 
http://www.rue89.com/michele-rivasi/2010/12/14/europe-mon-plaidoyer-pour-les-plantes-medicinales-180673

2. "L’UE interdit la médecine par les plantes à partir du 1er avril 2011 
! Le lobby de l’industrie pharmaceutique a réussi a faire un sort à la 
concurrence pénible des produits naturels. A compter du 1er avril 2011, 
la vente de tous les produits à base de plantes médicinales sera 
interdite sur le territoire de l’Union européenne…s’ils ne sont pas au 
bénéfice d’une autorisation !" Publié mardi 28 décembre 2010 dans la 
rubrique "Santé Naturelle" du site indépendant d’informations relatives 
à la santé "Care Vox" : 
http://www.carevox.fr/sante-naturelle-57/article/l-ue-interdit-la-medecine-par-les 
?

3. "Grande victoire pour l’industrie pharmaceutique : Les plantes 
médicinales bientôt interdites dans l’UE. C’est quasiment fait. Nous 
allons voir disparaître les préparations à base de plante, ainsi que la 
possibilité pour les herboristes de les prescrire. L’industrie 
pharmaceutique, qui depuis quelques décennies tente d’éliminer toute 
concurrence, a presque atteint son but. Le 1er avril 2011—dans moins de 
huit mois—pratiquement toutes les plantes médicinales seront illégales 
dans l’Union Européenne." Publié vendredi 5 novembre 2010 dans le site 
français d’informations médicales "Votre santé" : 
http://www.votresante.org/news.php?dateedit=1285910864 (il s’agit de la 
traduction en français de l’article intitulé "Big Pharma Scores Big Win 
: Medicinal Herbs Will Disappear in EU" publié le 12 septembre 2010 par 
Heidi Stevenson dans le site américain "Gaia-health" consacré à la santé 
: 
http://www.gaia-health.com/articles301/000301-big-pharma-scores-big-win-medicinal-herbs-disappear-eu.shtml)

L’article original en anglais ci-dessus a fait réagir Thierry Thevenin, 
du Syndicat S.I.M.P.L.E.S. (créé en 1982 en Cévennes, France, il 
regroupe 80 producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, 
alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne 
ou dans des zones préservées : 
http://www.syndicat-simples.org/presentation-syndicat-simples/) dans une 
analyse intitulée "’’Grande victoire pour l’industrie pharmaceutique, 
les plantes médicinales bientôt interdites dans l’UE" : propagande, 
désinformation, enjeux de pouvoirs autour de l’herboristerie en Europe" 
et publiée le 18 octobre 2010 dans le site du syndicat : 
http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-interdites-dans-lue-propagande-desinformation-enjeux-de-pouvoirs-autour-de-herboristerie-en-europe

Cette directive européenne avait suscité dès 2005 de nombreuses 
réactions, à l’exemple de la pétition 0884/2005, présentée par Gérard 
Weidlich, de nationalité française, au nom du Centre d’innovations, de 
recherches et d’informations scientifiques (CIRIS, basé en France et qui 
ne dispose pas de site Internet), accompagnée de 181 signatures, 
concernant le danger que pose la directive européenne 2004/24/EC pour 
l’usage des produits de la médecine naturelle. Le pétitionnaire, 
président de l’association CIRIS, proteste contre la directive 
européenne 2004/24/EC entrée en vigueur en octobre 2005 qui, selon lui, 
constitue un danger pour les consommateurs européens de produits de la 
médecine naturelle en limitant l’usage de minéraux et de vitamines dont 
ils ont besoin. En outre, il considère que la directive menace toute la 
filière bio en imposant à de nombreux magasins de fermer leurs portes. 
Cette pétition, déclarée recevable le 10 février 2006, a conduit La 
Commission Européenne à fournir des informations, ce qu’elle a fait dans 
un document de 3 pages publié le 12 décembre 2006 : 
http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2004_2009/documents/cm/645/645550/645550fr.pdf. 
Ce document s’achève ainsi : "la directive 2004/24/CE relative aux 
médicaments traditionnels à base de plantes ne présente pas un danger 
pour les consommateurs européens de médicaments naturels et ne limite 
pas non plus l’usage de minéraux et de vitamines dont ils ont besoin."

La pétition du "Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle" est 
par ailleurs dénoncée :

1. "Pétition "defensemedecinenaturelle.eu", propagande, 
désinformation...et récupération. A nouveau, un appel à pétition 
(”www.defensemedecinenaturelle.eu“) circule depuis quelques jours sur la 
toile, appel qui annonce l’avènement de la victoire de l’industrie 
pharmaceutique en Europe et la fin de l’accès aux plantes médicinales et 
des médecines traditionnelles (chinoise, ayurvédique) en Europe. (...) 
Cet appel présente toutefois le mérite de soulever et de porter au débat 
public la question du développement inquiétant (voire terrifiant) de 
l’arsenal des normes, des experts, des homologations qui aboutit au 
verrouillage et au contrôle du secteur des plantes médicinales, des 
médecines complémentaires et de l’herboristerie, comme d’ailleurs celui 
de presque tous les autres secteurs de notre civilisation." Publié jeudi 
17 mars 2011 par Thierry Thevenin, du Syndicat S.I.M.P.L.E.S. (évoqué 
ci-dessus) : 
http://www.syndicat-simples.org/actualites/petition-defensemedecinenaturelleeu-propagande-desinformationet-recuperation

2. « Cette vidéo (présentant originale de la pétition et qui a disparu) 
circule très vite dans les réseaux et sur le web contre un projet de 
directive européenne qui aurait selon le "Collectif pour la Défense de 
la Médecine Naturelle" un impact catastrophique pour la 
commercialisation des plantes médicinales ayant des indications 
thérapeutiques millénaires. Selon Thierry Thevenin du Syndicat 
S.I.M.P.L.E.S., "l’appel de Mme Stevenson est erroné, subjectif et 
présente, à son avis, un ton manipulateur qui dessert la cause qu’il 
veut soutenir.". Rassurant, il rappelle qu’en France, « à ce jour, il 
faut que la plante n’ait pas d’autres usage que thérapeutique pour être 
considérée comme une plante médicinale. (”Une plante médicinale est une 
plante présentant des propriétés médicamenteuses, sans avoir ni ne 
pouvant avoir aucune utilisation alimentaire, condimentaire et 
hygiénique” article L. 512, CODE DE LA SANTE PUBLIQUE). La directive N° 
2004/24/CE ne semble pas remettre ce principe en cause. »

D’autres vont jusqu’à dénoncer un hoax (canular) pour capter des 
adresses e-mail dans le but d’envoyer des SPAM ... A chacun de se faire 
son opinion et à l’intelligence collective d’apporter sa contribution 
pour l’enrichir des différents points de vue et des faits objectifs et 
réels dénoncés. » Source : "Signer la pétition du Collectif pour la 
défense de la médecine naturelle" publié mercredi 16 mars 2011 dans le 
site français d’informations relatives au développement durable 
"Cdurable.info" : 
http://cdurable.info/+Signer-la-petition-du-Collectif-pour-la-defense-de-la-medecine-naturelle,1878+.html 
(le forum qui suit reflète également l’âpre débat sur cette question).

Enfin, la pétition du "Collectif pour la Défense de la Médecine 
Naturelle" qui a recueilli plus de 94.800 signatures est disponible ici 
: http://www.defensemedecinenaturelle.eu/. On notera que cette pétition 
se termine ainsi : "Bien entendu, nous vous encourageons à faire toutes 
les recherches nécessaires sur Internet concernant cette affaire, afin 
de vous faire votre propre opinion, sans vous arrêter aux personnes qui 
affirment un peu vite qu’il n’y a pas de danger !!"

Contre cette même directive européenne, il existe une autre pétition 
intitulée "Pour la liberté en matière de thérapeutique des malades et 
des médecins" mis en ligne le 29 septembre 2010 et qui a recueilli plus 
de 55.000 signatures : 
http://www.lapetition.be/en-ligne/Pour-la-liberte-en-matiere-de-therapeutique-des-malades-et-des-medecins-8350.html


+ d’infos sur :

http://www.ldh-france.org/Reforme-d...

http://blogs.mediapart.fr/edition/c...

http://www.collectifpsychiatrie.fr/ 
 
Fume, c'est du belge, de Bruxelles.
Ce texte est un copié-collé exécuté sous Prozac, Xanax, Lexomil, clopes, alcool... que du légal.
J'évite toutes herbes combustibles, je suis déjà grillé, cramé.
Donc, je ne signe pas ce texte.