lundi 24 octobre 2011

002 VIème République, quelques pistes

Ce livre électronique inachevé est en vente 3,99€ chez Lulu.com : http://www.lulu.com/product/ebook/phenix/18497384
ooooOoooo
 
 

Tout ce que j'ai vécu pendant 7 ans, de juin 2004 à aujourd'hui (mars 2011) m'a fait comprendre que la République française est à réparer, restaurer.

Ce n'est pas une révolution, c'est une restauration.
Il faut rétablir les verrous contre l'emprise de l'argent, le seul vrai pouvoir, argent qui détruit tout ceux qui le touchent.
Il faut rétablir l'information libre des médias, aujourd'hui instruments de propagande, désinformation, dignes successeurs de Goebbels.

Accepter qu'un Directeur de chez Bouygues Immobilier puisse s'offrir à foison  des immenses écrans plats 3D aussi bien qu'un petit président de la République plat et sans relief, gouvernement et justice inclus, NON.
Quel est le taux de TVA pour l'achat du président ? Il y a fraude !
Cet boutade pour bien faire comprendre que la monnaie est un instrument économique, le travail crée la monnaie qui doit rester cantonnée dans la sphère économique.
Ensuite, repus, on s'organise et on peut faire de la politique.

Pas d'osmose crapuleuse entre le pouvoir financier et les pouvoirs politiques (judiciaire, exécutif, législatif), sinon rien ne va plus.

L'écologie touche à ces deux domaines (développement durable), et doit donc s'imbriquer aussi bien en économie qu'en politique.
Elle n'a donc pas sa place dans la constitution, mais dans les lois édictées par le législatif, par les orientations politiques de l'exécutif, dans les prises de conscience du citoyen qui veille et agit, participe.

La dernière ineptie , cette histoire de "règle d'or" : mettre dans la constitution l'engagement de régler ses déficits ?

Mais ils ne savent pas lire, ces gouvernants, leur propre Constitution ? Elle prévoit déjà, dans son article 20 :
Constitution du 4 octobre 1958 Artcle 20 :
Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation.
Il dispose de l'administration et de la force armée.
Il est responsable devant le Parlement dans les conditions et suivant les procédures prévues aux articles 49 et 50.

Ca ne suffit pas ? C'est clair, c'est au gouvernement de déterminer et de conduire la politique, c'est à dire de décider s'il faut ruine le pays ou gérer son budget au mieux.
Les règles économiques n'ont rien à faire dans la les règles de constitution d'une nation, c'est un problème de gouvernement, qui peut changer de main si la gestion laisse à désirer.
C'est cela la démocratie.

Dans une constitution qui définit une nation, son identité commune, sa détermination à respecter les droits de l'homme et du citoyen, on ne grave pas des détails comme, pourquoi pas, la "règle d'or" de la moralité : "tu ne voleras pas", "tu rembourseras tes dettes", "tu ne violeras pas"...

Et, malgré mes profondes convictions et mon combat acharné contre la corruption, je ne mettrais pas moi-même MA "règle d'or" : "tu ne corrompras pas et ne te laisseras pas corrompre".
Parce que le pouvoir judiciaire est là pour ça !

En principe.

Inscrire dans la constitution une règle économique "pas de déficit", c'est une vaste foutaise, un déni de démocratie, qui laisse à penser que le gouvernement actuel a trouvé à lui tout seul ce que les futurs gouvernements doivent suivre en matière économique.

Ils ne savent pas gérer l'économie, ne savent pas ce qu'est une constitution, et parlent de "règle d'or".
Cela mérite du plomb dans l'aile, expression vulgaire de leur niveau.

Ce n'est pas l'apanage de l'Europe, d'un gouvernement mondial, mais l'affaire de tous, à chacun de ces niveaux personnels, communal, régional, étatique, européen, mondial.

Lorsque Daniel Cohn-Bendit affirme "qu'on ne peut faire d'écologie sans l'Europe", il ne représente qu'une toute partie des acteurs nécessaires à cette prise de conscience et aux actions à mener.
Son "Europe" ignore les choix des autorités locales, régionales, de par les nécessités locales.

Le gouvernement français est illégitime, en ce qu'il ne respecte même pas ses propres lois.
Depuis 7 ans, j'assiste à la destruction méthodique de tout ce qui a été édifié depuis des siècles.

Le pays des Droits de l'Homme est devenu fou, tous les jours ce gouvernement nous entraîne dans la plus honteuse des barbaries.

Le tout dernier exemple, nos députés ont voté le 16 mars 2011 l'internement d'office même contre l'avis des médecins psychiatres. C'est contraire à l'article 1er de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen (et de leurs femmes et enfants, j'ajoute).

"PHENIx, blog qui renaît toujours de ses censures", raconte mon cheminement dans l'horreur, démontre par le vécu la nécessité d'une restauration qui ne peut attendre les échéances électorales normales.

Plus rien n'est normal.

Alors, citoyens français de toutes les souches, bretonne, corse, maghrébine, chinoise, lorraine, sénégalaise...
Tous, nous devons refuser l'inacceptable.

Quelques pistes pour l'Assemblée Reconstituante :
Flux migratoires ?
Si deux pays ont une démographie stable ou déclinante, la libre circulation des personnes ne pose aucun problème.
Notre pays a une démographie croissante, nous devons donc fermer les portes.
Lorsqu'elle sera décroissante, nous les rouvrirons.
Cela va de pair avec la lutte contre les discriminations, le fameux "délit de faciès", puisqu'il y a de nombreux citoyens français, avec carte d'identité, protégés et soumis par la même constitution de leur pays, la France, qui sont de souches diverses et de toutes origines.

Pas de carte d'identité, pas de paiers en règle, de souche clandestine, je refuse l'invasion et je ne suis pas un monstre, mais je reste dans la légalité.
Pas les clients de passeurs d'immigrés clandestins.

L'Europe ne nous le permet pas, nous quittons cette entité. Les frontières de l'espace Schengen sont des passoires (Bulgarie, Grèce, italie).

La VIème République doit rechercher des alliés, d'autres pays ayant la même politique des flux migratoires et de répartition des ressources pour la sauvegarde de la planète.

Recouvrer notre souveraineté implique de quitter l'OTAN, ne pas partager notre gestion du feu nucléaire, seul rempart en dernier recours contre des puissances qui voudraient nous assujettir.
Lorsque M. L., de l'ambassade de Chine à Paris, en juin 2008, m'a dit "nous sommes un cinquième de l'humanité", je lui ai répondu "c'est tout".

Les êtres humains sont égaux en droits et en valeur, fermer les portes ne signifie pas ouvrir les fenêtres, toute discrimination, de quelque nature que ce soit est un crime contre l'humanité et la raison.
Nous ne voulons plus que le travail, les libertés soient refusées à quiconque posséde une carte d'identité française.
Cette carte donne le droit à la liberté, l'égalité, en toute fraternité. Elle doit garantir le droit à la recherche du bonheur.

La langue française doit redevenir la langue diplomatique, l'anglais ou le chinois étant langues du "business".
Ceci pour bien faire comprendre aux financiers des multinationales qu'il ne s'agit pas du même langage.

Être nationaliste, c'est aimer tous ceux qui font partie de votre monde quotidien, ce n'est pas obliger son voisin d'origine arabe à donner prénom "Jacques " à son fils plutôt qu'Ibrahim.
Parce qu'Ibrahim parle français, travaille et vis dans son monde quotidien qui celui définit par la constitution.

Patrice Hénin